Chronique, Condition féminine / Féminisme, Historique, Littérature, Service Presse, Témoignage

[Chronique] Les Indomptables – Florence Colombani

Les Indomptables – Florence Colombani

Quatre beautés à perdre la tête. Quatre déesses qui partagent tout, les amants, les fous rires, les coupes de champagne.
Si Lana Turner, Ava Gardner, Grace Kelly et Lena Horne ont des vies de légende, l’histoire de leur bande tient du conte de fées, qui commence dans l’Amérique oubliée des années 1940-1950. Lana, fille d’ouvriers, rencontre Ava, échappée du Sud profond. Perdues dans les studios de la MGM, elles deviennent inséparables. Mêmes soirées, mêmes robes, même réveil à 5 heures pour avoir, à midi, l’éclat que l’on attend d’une star. Bientôt Lena Horne, première égérie noire du cinéma américain, les rejoint. Avec Ava, Grace Kelly, bon chic bon genre qui n’est pas encore princesse, s’autorise elle aussi bien des audaces.
Suivez ces indomptables dans un Hollywood vénéneux qui se joue des interdits. Au gré de leurs chemins de traverse, elles vous feront goûter le vent de la liberté.

Attention gros coup de cœur ! J’ai reçu le texte par les Editions Fayard (merci à eux) après avoir lu le sujet et je dois dire que je n’ai pas du tout été déçue. A l’heure où j’écris, c’est ma meilleure lecture du mois.

Les Indomptables, Florence Colombani

Sans titre.pngHollywood. Rien que le nom éveille chez chacun des images de strass et de paillettes avec des décors grandiloquent, des plateaux de tournages ou des stars au sommet de leur art. Je voue une fascination aux femmes de cet âge d’or allant des années 30 aux 50. Principalement pour leur élégance (une source d’inspiration dans mon métier) mais surtout pour l’aura qu’elles dégagent. Avant la lecture de ce livre, je connaissais certaines de nom (Ava Garner entre autres) et d’autres pas du tout. Une vraie découverte donc.

A-t-elle l’allure impérieuse de Greta Garbo ? Le piquant de Marion Davies ? Le sex-appeal de Jean Harlow ?

Le livre fonctionne de manière chronologique en nous présentant d’abord Lana Turner, la fameuse Sweater Girl, puis les autres actrices viennent se greffer au fur et à mesure de la vie de la première. Elle est notre fil conducteur qui nous permet de ne pas nous éparpiller et d’être complètement perdu à la fin. Le livre est également entrecoupé de petit passage « documentaire » où on apprend la naissance d’Hollywood, de différents studios et d’autres petites choses sur le contexte.

La formidable fabrique à images qu’on appelle Hollywood, du nom d’un quartier de Los Angeles

Le livre possède énormément de point positif, et à vrai dire, j’ai tellement aimé que je n’aie pas vu un seul défaut. En plus d’apprendre énormément sur « l’entreprise » qu’est Hollywood, on découvre aussi que derrière des femmes qui semblent mener une vie de rêve et parfaite, se cache des fêlures et des vies pour la plupart brisées. Il suffit de voir la vie de Lena Horne dans une Amérique à la ségrégation profonde pour se rendre compte qu’Hollywood n’est pas forcément un rêve.

C’est ce qui est à mon sens le point fort du livre. Il est à la limite du documentaire tout en gardant une part de fiction. Il brise l’image que nous nous faisons du milieu du cinéma et nous prouve qu’il n’est pas entièrement blanc mais plein de nuance.


004779032

Edition FAYARD

Pages 224 pages


 Acheter

Broché / Ebook

 


Publicités

2 réflexions au sujet de “[Chronique] Les Indomptables – Florence Colombani”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s