2017, Chronique, Contemporain, Littérature, Rentrée littéraire, Thriller

Natalie Wood – La Nature des choses

La Nature des Choses

Dix femmes emprisonnées au milieu du désert australien. Dix femmes au crâne rasé, vêtues d’habits étranges. Trois geôliers, vicieux et imprévisibles, pour les surveiller. Un jour, la nourriture vient à manquer. Pour elles comme pour eux. Et les proies se changent en prédatrices.


Rentrée littéraire

La Nature des Choses est le tout premier livre de cette rentrée littéraire (qui s’annonce prometteuse) que j’ai pu lire en avant-première. Et pour ça, je remercie sincèrement Les Editions JC Lattès pour l’opportunité.

couv54920770Ce qui m’a tout d’abord plu, c’est la couverture. Je suis très sensible à cette dernière et c’est ce qui me fait en général choisir un livre, avant son résumé. Celle-ci a tout pour plaire, elle est sobre et à la fois énigmatique en plus d’être noire et dorée. Mais que sont ces petits lapins ?

Ces petits lapins tellement mignons, prennent tous leurs sens à la lecture. A la fois chargée d’une symbolique, ils sont aussi la base de ces femmes. D’abord enlevées aux yeux du mondes pour différentes raisons, elles sont réunies dans un même lieu avec pourtant un point commun. L’auteure ne ménage rien des souffrances qu’elles subissent et on frôle parfois clairement l’écœurement. Les trois personnages « gardiens » sont sûrement ce qu’elles pouvaient imaginer de pire, surtout un en particulier. L’archétype du salopard se rependant de la douleur et de la souffrance afin d’avoir la sensation d’être en vie. C’est cru parfois, plus dans le propos que dans le geste parfois, mais le tout aide à créer une atmosphère particulière.

Pourtant, malgré ces points qui font du livre un bon moment, l’auteure a du mal à mener son histoire où elle le souhaite. Les problèmes de descriptions du décor entre autres n’aident pas le lecteur à retranscrire ce qu’il lit en image. C’est flou, brouillon et c’est fort dommage. Les deux premières parties, on était assez difficile et j’ai eu du mal à trouver l’envie de continuer malgré le fait que j’avais envie de savoir la fin. Justement, la fin, parlons en. L’intérêt ultime de ce genre est d’avoir enfin la réponse à « pourquoi tant de haine ? ». Et bien, au risque de vous décevoir, il n’y en pas. Tournez la dernière page, je me suis retrouvé avec mes questions sans réponses. C’est plutôt dommage, car avec un tel sujet, j’attendais beaucoup. Le livre est à mon sens plus écrit pour l’écran que pour le papier. Retranscrit sur écran, les réponses peuvent être apportés plus facilement et le souci de description réglée. Pourtant, je retiendrais l’atmosphère assez glauque voir dans certains moments presque écœurants. Ainsi que des personnages féminins qui en veulent.


TEXT (1)

Publicités

1 thought on “Natalie Wood – La Nature des choses”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s