Chronique, Pays étranger, Prix littéraire, Thriller

Le diable, tout le temps – Donald Day Pollock 

Le diable en chacun de nous

De l’Ohio à la Virginie-Occidentale, de la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s’entrechoquent. Williard Russell, rescapé de l’enfer du Pacifique, revient au pays hanté par des visions d’horreur. Lorsque sa femme Charlotte tombe gravement malade, il est prêt à tout pour la sauver, même s’il ne doit rien épargner à son fils, Arvin. Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et enlève de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste. Roy, un prédicateur convaincu qu’il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Théodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé.


Si vous voulez une lecture détente aux pays des papillons où tout n’est que paix et amour, ce n’est pas ici que vous la trouverez. Le livre va être sombre, glauque, mais être un véritable moment de jubilation. Enfin, si on aime les personnages maître de leur vie faisant fi des conséquences.

C’est au détour de Twitter et d’un tweet que j’ai connu le livre. Donald Day Pollock, je n’en avais tout simplement jamais entendu parler. Mais quelle erreur n’ai-je pas commise ?! Sur Le Livre de Poche, la maison d’édition nous promet « un roman monstrueux qui se subit comme un fléau biblique« . De plus, le livre a reçu le Prix mystère du Meilleur roman étranger(2003) et le Grand Prix de la littérature policière du Festival America 2012. Le ton est donné.

2017-11-17 10.08.37

Dans, Le Diable, tout le temps, on découvre une petite ville d’apparence tranquille qui va très vite tomber dans l’horreur. Ce sont ces habitants qui vont la faire basculer, car chacun possède ses propres démons. En effet, chaque événement ou chaque décision qu’un personnage va prendre, va directement impacter d’autres personnages. Une forme de boucle infernale et derrière des visages sereins, on découvre une vraie noirceur. De plus, le fait que l’histoire coule sur plusieurs décennies, permet de prendre conscience que des événements mineurs (parfois majeur) peuvent prendre avec le temps des proportions énormes. Le livre est ainsi dur, cru, souvent violent.

D.D Pollock ne fais pas dans la dentelle et c’est vraiment appréciable. Son écriture est puissante et si riche que j’ai été embarqué dès le début. Les personnages sont vraiment ce qui fait le livre et sont un point essentiel.

Au cours de l’été 65, le couple avait sillonné le Midwest pendant plusieurs semaines, toujours en chasse, deux riens du tout dans break Ford noir acheté cent dollars chez Frère Whitey, qui tenait un parking de voitures d’occasion à Meade, Ohio.

Un livre à la fois glauque, malsain qui ne laisse pas indifférent. On ressent parfois de la pitié, du dégoût ou encore de la tristesse tant les personnages sont ballottés, mais une chose est sûre : il marque.

Si vous avez des livres dans le même genre, je suis preneuse 😉

81cdmBusvYL

 


Edité chez Le livre de Poche

 pages 403


Acheter

BrochéPocheEbook


Publicités

2 réflexions au sujet de “Le diable, tout le temps – Donald Day Pollock ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s