Catégories
Chronique Contemporain Drame

À sa place – Ann Morgan 

Quand l’une devient l’autre

Au départ, ce n’était qu’un jeu.

Helen et Ellie sont identiques. En apparence, du moins. Car, si ces jumelles de six ans se ressemblent comme deux gouttes d’eau, elles savent bien qu’elles sont différentes. Helen est la chef, Ellie son ombre. Helen décide, Ellie obéit. Helen invente des jeux, Ellie y participe. Jusqu’au jour où Helen en propose un plus original : intervertir leurs rôles, juste pour une journée. La farce fonctionne si bien que leur propre mère n’y voit que du feu. Et les deux fillettes s’amusent comme jamais. Mais le soir venu, alors que chacune devait reprendre sa place, Ellie, pour la première fois, dit non. Elle veut rester Helen. Pour cette dernière, c’est le début de la descente aux enfers. 

Âpre et fascinant, ce thriller psychanalytique aux allures de mémoires explore les non-dits sur lesquels sont bâties bien des familles. Parce que, souvent, derrière les apparences se cachent des vérités inavouables.


J’ai reçu Á sa place, d’Ann Morgan il y a quelque temps déjà par les éditions Presse de La Cité. J’avais déjà lu Une histoire des abeilles via cette maison d’édition donc je savais plus où moins que ce serait gage de qualité. Merci à eux !

Avec A sa place, c’est un drame psychologique que l’auteure nous propose. L’histoire de jumelles qui, par jeu, décide un jour de changer de place et de devenir l’autre le temps d’une journée. Mais le jeu dérape et l’une des deux sœurs décide de garder sa place nouvellement acquise. Le cauchemar commence alors pour la seconde.

Je ne vais pas le cacher, ce livre m’a fait mal. Je pense d’ailleurs que c’est la première fois que ça m’arrive dans ma vie de lectrice et j’ai même pensé à l’arrêter tant il m’a fait souffrir (je pèse mes mots). Le propos est véritablement dur, voir limite supportable tant ce que vis l’autre sœur est abominable. Ellie, ne fais pas que prendre l’identité de sa sœur , mais forge tout un monde et une personnalité afin que sa sœur ne puisse plus rien faire.

2017-11-24 09.48.25

De plus, le personnage de la mère est comment dire ? Un véritable monstre. Je peine à croire qu’une mère puisse être comme ça envers ses enfants. Cette dernière ne vit qu’à travers la réussite de la plus intelligente, délaissant l’autre. Ne voyant même pas les signaux d’alerte. Ce même pas de l’indifférence, mais une forme de haine envers sa plus jeune. Traiter comme une moins-que-rien, stupide. Je pense que si je suis passée par autant de stades émotionnelles (colère, tristesse, haine, etc..) est que la relation avec ma propre sœur est littéralement à l’opposé de celles des deux protagonistes. J’ai ainsi du mal à concevoir qu’on puisse faire autant de mal aussi volontairement.

Le bonheur semble totalement absent de ce livre. Chaque petit moment plus doux est presque toute suite détruit par un événement. La vie d’Helen (la vraie donc) semble n’être qu’un dédale de malheur, conséquence de cet échange.

En conclusion, le livre est une réussite même si je regrette un changement de pronom à la moitié du livre. Passé du « je » au « tu » aussi violemment m’a quelque peu déroutée. Ce n’est pas un coup de cœur, car j’ai vraiment eu du mal à le lire par rapport à la violence de la situation, mais il est vraiment bon !


couv64334375

 

Edition Presse de la Cité

412 pages


Acheter

BrochéEbook

 


5 réponses sur « À sa place – Ann Morgan  »

J’étais curieuse de te lire car sur IG tu semblais très troublée par cette lecture ! Je comprends mieux. Rares sont les livres qui nous font passer par toutes sortes d’émotion, mais je sens que le personnage de la mère t’a encore plus énervé. Pour les jumelles, je suis revenue de Guadeloupe avec quelques jours de congé, et le lendemain toujours décalée, j’ai regardé pour la première fois une émission en milieu d’après-midi (je bosse d’habitude) et on y voyait deux jumelles témoigner – elles étaient adultes et on voyait comment leur relation fusionnelle avait viré à la haine. L’une dominait, l’autre suivait (ce que tu racontes) mais à l’adolescence, la deuxième a voulu être indépendante et n’a plus voulu suivre sa soeur. Elles ont commencé à se détester et l’ainée a tenu des propos qu’elle regrette encore aujourd’hui, plus de dix ans après. Leur témoignage était très touchant. Elles n’ont pas mentionné leurs parents donc j’ignore comment ils ont vécu cela de leur côté. Bref, je serais, je pense curieuse de le lire.

Aimé par 1 personne

Merci pour ton commentaire. Oui, cette lecture m’a assez remué. J’ai rarement autant ressenti de sentiment sur une lecture.
C’est affolant de voir que la fiction peut devenir une réalité 😶

J'aime

Je suis curieuse de le lire pour voir à quel point, émotionnellement, je vais m’impliquer. Je comprends que tu puisses ne pas avoir de coup de coeur vu la souffrance qu’il semble t’avoir fait vivre, mais ça veut aussi dire qu’il est efficace.

J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s