Catégories
2017 Chronique Contemporain Littérature Rentrée littéraire

Le Presbytère – Ariane Monnier

Balthazar Béranger s’installe avec son épouse, Sonia, dans un ancien presbytère, à la sortie d’un village, pour y élever ses enfants. Soucieux de leur donner une éducation exemplaire et de les préserver du monde extérieur, le jeune médecin tente de les initier à la musique et à la morale. Peu à peu, dans le récit familial aux apparences parfaites, des dissonances se glissent. 


Instagram a ça de magique qu’il te permet de découvrir des livres vers lesquels tu ne serais pas forcément allé toute suite. C’est en lisant l’avis de Pages Versicolores, que j’ai découvert Le Presbytère, un discret de la rentrée littéraire 2017. Une famille parfaite de l’extérieur, un père étrange et une ambiance malsaine ne pouvait que m’attirer.

KODAK Digital Still Camera

Avec Le Presbytère, attendez-vous à une expérience de lecture assez particulière. L’histoire est en somme très classique. Un couple s’installe dans un ancien presbytère pour y fonder une famille et y recevoir des amis. Jusque-là tout va bien, mais Balthazar Béranger a une idée de l’éducation plutôt surprenante qui déroute dès les premières lignes. Sa femme, Sonia est complètement effacée derrière ce médecin charismatique et tant à être tout ce qu’il souhaite. Je dis bien « être » et non « devenir ». Dès les premières lignes, j’ai ressenti comme un malaise qui n’a jamais disparu.

Je ne vais pas le cacher, j’ai eu beaucoup de mal à avancer dans le livre. Tout avance doucement et s’en vraiment s’en rendre compte, le lecteur bascule. Tout s’enchaîne jusqu’à sombrer dans une vraie folie. J’ai vraiment aimé l’ambiance glauque, malsaine, mais le style de l’auteure m’a véritablement déplu. Le texte non aéré, ce qui donne vraiment une sensation visuelle de lourdeur et de pavé, sans oublier l’absence de dialogue. Ils sont bien présents mais plutôt « moulés dans le texte ». C’est ce point principalement qui m’a totalement éjectée de l’histoire, car j’ai eu la sensation durant toute la lecture de voir des faits se dérouler sans y être impliqué.

En conclusion, un livre au sujet intéressant, malsain, mais qui ne m’aura pas convaincu par un style trop chargé et peu aéré. 


couv35307776

 

Edition JC Lattès

Pages 268

23 août 2017


Acheter

Version PapierEbook


 Les liens d’achats sont affiliés afin de pouvoir développer le blog à l’avenir, et seulement pour lui

5 réponses sur « Le Presbytère – Ariane Monnier »

Comme je te l’avais dit il y a deux camps. Et les points négatifs que tu pointes sont ceux qui ont été relevés par les personnes avec qui j’ai discuté de ce livre et qui ne l’ont pas aimé.
C’est une écriture très spéciale,c’est sûre mais c’est aussi un premier roman. Il se peut qu’elle s’affine et que ses prochains romans soient « mieux » construits, même si moi j’ai aimé 😁.

Je suis heureuse de ces petits échanges !

Aimé par 1 personne

Je te conseillerai de tenter quand même. Je pense, avec le recul, que le fait que la mise en page soit aussi étouffante est justement prévu pour renforcer cette sensation de malaise. Mais dans mon cas, j’ai ressenti tout l’inverse. J’ai rejeté la chose.

J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s