Catégories
Chronique Littérature Prix littéraire Science-Fiction

DUNE | Frank Herbert

#jesoutiensmalibrairie : Durant le confinement, achetez vos livres chez vos libraires

Dune

Futur très lointain

Mis à jour le 15 novembre 2020

Deux ans, après avoir lu ce chef d’œuvre, il est temps de dépoussiérer cette chronique avec une nouvelle mise en pages, analyse et propos. Dune fête cette année son cinquantième anniversaire et pour l’occasion, les ME françaises ont remis à l’honneur ce pilier de la SF contemporaine qui fascine autant qu’il fait peur. Récemment, Robert Laffont a réédité son hardback des années 80 dans une toute nouvelle monture (c’est celle-ci que vous verrez dans le billet.), traduction et avec, en préface, Pierre Bordage et Denis Villeneuve. Le cinéaste travaille depuis quelques années à une version cinéma et prévoit de couper le premier tome en deux. Une façon de rendre enfin toute sa superbe à Arrakis. La sortie était prévue pour le mois de décembre 2020, mais suite à la pandémie, il faudra attendre 2021. Toujours dans le monde de l’édition, les éditions L’Atalantes sortiras prochainement un Mook autour du sujet. J’attends, bien entendu, mon exemplaire avec impatience ! On notera aussi l’essai chez Le Bélial, ainsi que tous les articles de presse qui sont sortis sur le sujet ces dernières semaines. Dune reste fascinante. J’arrête là mes digressions :p

Dune. Dune, ce monument de la science-fiction qui a participé à son éclat et a fait rêver des centaines de lecteurs (qui ce sont dit que les étoiles, c’était quand même vachement chouette). J’aime la science-fiction, je ne pense plus que ce soit un secret ici alors que je commence à me remettre dans le bain doucement et à vous en faire partager. Dune faisait partie de ces classiques que je n’avais pas encore découverts. Principalement par peur d’être déçu peut-être ou de ne pas saisir ce qui fait de lui un inratable, mais aujourd’hui, j’ai franchi le pas ! Dune, je te connais désormais et je peux dire que oui, je t’ai aimé.

Difficile de résumer Dune, tant les événements et le contexte sont difficiles. L’univers possède ses propres codes et surtout sa propre mythologie, et c’est à travers le destin d’une famille, les Atréides, que le lecteur découvrira le texte.

DE QUOI ÇA CAUSE ?


Frank Herbert développe ici la création d’un guide spirituel à travers une vieille prophétie. Celle d’un Messie, un être unique au patrimoine génétique parfait créé de toute pièce, mêlé dans une lutte de pouvoir sur une planète partiellement inconnue, dangereuse, mais pas dénué d’intérêt.

J’avoue pourtant avoir eu quelques frayeurs durant les premières pages. Difficile d’apprivoiser une nouvelle civilisation, avec énormément de personnages (le livre traitant de trois grandes familles majeures : Atréides, Harkonnen et Corrino) dans un contexte relativement riche.  Et pourtant, une fois passé les 200 pages, je suis devenue accro en enchaînant les pages les unes derrière l’autres. J’aime particulièrement les univers tellement travaillé qu’ils en deviennent crédibles.

J’avais déjà eu l’occasion de lire une fois Frank Herbert avec « Et l’homme créa un dieu » où j’avais été surprise par la profondeur des personnages. Avec Dune, c’est surtout du côté des personnages plus vils que j’ai trouvé mon bonheur. J’ai tendance à trouver que ces derniers sont plus intéressant et plus profond.

Conclusion, un livre dense à l’univers ultra travaillé qui mérite de prendre le temps. Un début de saga très prometteur qui annonce un tome 2 superbe. 

Note : 5 sur 5.

Lire les écrits complets de FeydRautha

15 réponses sur « DUNE | Frank Herbert »

Tu ne penses pas que ce livre de 800 pages regroupe en fait le tome 1 et 2 ? (je ne sais pas je me pose la question car j’avais lu que le tome 1 avait environ 400 pages). Dune est un grand livre qui manque à mon palmarès. Le style me fait peur dans le sens où il a été écrit en 1965. Mais vu ton article cela n’a pas l’air de poser problème. Merci pour ton retour sur ce livre.

J'aime

Sincèrement, je ne sais pas. Parce que l’édition que je possède fait les 6 tomes réglementaires et le livre n’est pas coupé physiquement en deux tomes. Il y a bien trois parties mais jamais de mention de tome, comme j’avais pu voir avec Les Lames du Cardinal.

Concernant le style, c’est plutôt abordable. J’ai lu des livres écrits sur la même décennie qui avait plutôt mal vieilli. Là, c’est une belle langue, riche en vocabulaire ! Je te conseille vivement.

Aimé par 1 personne

comme je te l’ai dit, je veux absolument le relire, je crois que la photo est celle d’un livre regroupant les deux – la version américaine pour le livre n°1 compte 704 pages donc plus en français. Il y a dans la version américaine 8 livres mais beaucoup n’ont lu que le premier.
en tout cas, j’ai hâte d’y replonger ! en anglais ou en français ? j’hésite encore …

J'aime

La version de Pocket compte un appendice regroupant les cartes, le lexique et la liste de personnages avec les liens entre eux. Donc réellement, il fait 700 pages et des poussières.
Vu la complexité du texte, peut-être en français non ? 🙂

Aimé par 1 personne

Je lis et parle couramment anglais donc pas de crainte mais ayant vu la série en français je me demande si je veux revivre ce souvenir ainsi ! Je ne sais pas si je suis suffisamment claire dans mes propos 😂

J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s