Chronique, Contemporain, Polar, Service Presse

Lupus, Rod Merrina

synop

 

 

 

lupus

 

Lupus, Rod Merrina

 

Je suis Lupus, un des plus dangereux connards de la planète

D’ordinaire, je ne suis pas très auto-édition, souvent par peur que les clichés véhiculés soit avérés et parfois par manque d’audace. Une vision pas très éclairée, j’en conviens. Il y a quelques semaines, Rod Merrina m’a contacté afin que je découvre son roman, Lupus. Ce dernier me l’a tellement bien vendu que j’ai oublié un moment mes a-priori pour le découvrir et peut-être passer un bon moment.

IMG_20180907_184612_193.jpg

Lupus, c’est le mec de l’ombre. Le gars qui n’existe que pour les hautes sphères du pouvoir mondial et qu’il ne faut pas trop emmerder. Représentatif de ce qu’il se fait de pire chez l’espèce humaine, il est le point d’union qui permet à l’humanité de ne pas sombrer. A lui les basses besognes mais avec style, s’il vous plaît.

Les premières lignes donnent la parole à un proche collaborateur qui, on peut le dire, flippe sévère que le canidé découvre qu’il a la parlotte facile. On y découvre un homme froid, méticuleux et qui n’existe que pour son travail. Très vite, on s’écarte de ce collaborateur pour découvrir l’histoire de ce loup solidaire qui porte le nom d’une maladie (minute scientifique). Nom qui a une importance et que le lecteur n’aura le plaisir de découvrir qu’à la fin.

Même si parfois, l’histoire aurai mérité quelques approfondissements, c’est majoritairement plutôt pas mal. J’ai pour autant été un peu désarçonnée par la tournure des événements qui tendent plus à devenir une vision écologique (très poussée) qui, si on est pas prévenu, peut perturber. Surtout, quand on s’attend à un polar. Ce qui semble au départ partir dans toutes les directions et n’être qu’une liste de faits, prend toute sa consistance passé la moitié du livre. Alors tout s’emboîte parfaitement et la petite lumière dans le cerveau du lecteur s’allume.

En conclusion, un livre qui aura balayé mes a-priori sur l’auto-édition. Celui-ci est sombre, peut-être un peu trop écologique à mon gout mais il possède des qualités certaines.  

Lire les avis de Maks, Abracadabooks


couv45324289

 

Auto-édité

300 pages

Acheter*

 


*Les billets services presses ne sont pas affiliés par respect pour l’auteur / maison d’édition qui m’a proposé cette lecture
Publicités

2 réflexions au sujet de “Lupus, Rod Merrina”

    1. Encore que, j’ai choisi volontairement de couper le résumé car il annonce un peu trop de chose sur le personnage. Mais à aucun moment tu ne t’attends à ce twist écologique.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s