Catégories
Science-Fiction

La Nuit de la Lumière, Philip José Farmer

 

synop

 

 

 

résumé texte.jpg

La nuit de la lumière, Philip José Farmer

 

Lui, John Carmody, serait éternellement John Carmody tel qu’il le connaissait […], inviolé, fort, hardi, faisant plier ou détruisant tout ce qui ferait obstacle à sa volonté

 

IMG_20181002_085002_549.jpg

Après avoir lu l’excellent Les amants étranger de l’auteur et avoir reçu les vieux livres de SF de mon paternel, j’ai eu la surprise de voir que ce dernier avait acheter La nuit de la lumière. Commencé une première fois puis mis en pause, je l’ai repris il y a quelques jours en me prenant bien mon temps.

PJ Farmer a une façon bien à lui d’écrire de la science-fiction avec des thèmes propres dont un majeur : la religion. Loin d’être mon gros kiff, j’aime le regard critique qu’il pose sur cette dernière. Dans la nuit de la lumière, l’auteur nous emmène sur La Joie de Dante, planète possédant son propre système politique et qui tous les sept ans fait une sorte de purge mystique où le combat entre deux factions de la même croyance décidera de la direction religieuse du monde. Il est difficile d’expliquer les enjeux de ces Nuits car Farmer a vraiment créé un système absolument dingue qui fait prendre conscience au lecteur de sa propre capacité à se positionner d’un côté ou de l’autre. Les choix que nous faisons sont-ils bons et peuvent-ils nous poursuivre le restant de nos jours ? Ou encore qu’est-ce qui nous définit exactement ?

Tant de questions qui font de ce livre un roman dense, très dense même, mais pas dénué d’intérêt. Bien que philosophique, le roman est tourné autour de deux axes avec une première partie entièrement orienté sur la planète et sa politique religieuse. S’ensuivra une seconde partie plus orientée polar mystique et abordable, là où l’axe précédant se perdait un peu trop dans des réflexions métaphysiques.

Conclusion, un roman difficile d’accès, principalement de part les thèmes, mais il serait dommage de passer à côté. Bien que je ne sois pas du tout religion, j’avoue avoir aimé tout le développement autour du thème et des questionnements qu’il peut amener. Le personnage principal, Carmody, est intéressant et pour une fois n’est pas traité comme un vilain garçon manichéen où la rédemption semble impossible. Il a une âme et un passif qui le rend humain. Je pense continuer à découvrir l’oeuvre de Philip José Farmer, car j’aime beaucoup son écriture fluide. Cet homme avait assurément beaucoup de choses à dire. Enfin, les univers qu’il créait sont tangibles et pourraient très bien être transposés dans une société humaine et contemporaine. 


Edition J’ai Lu (1978)

216 pages

Réedité chez Livre de poche

cli6c-poumonvert_ianrmacleod


4 réponses sur « La Nuit de la Lumière, Philip José Farmer »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s