Les peaux rouges, Emmanuel Brault

peauxrouges

Les peaux rouges

 

Les rouges. Tout un poème mais à l’envers. Je peux vous en parler, moi. Vous en faire un roman. Je sais pas d’où ils viennent. Leur dieu s’est tapé un délire en les peignant en rouge un soir de beuverie.

Reçu dans le cadre de la Masse Critique Littérature de Babelio du mois de Janvier, Les peaux rouges est le premier roman remarqué d’Emmanuel Brault, puisqu’il a reçu le Prix Transfuge en 2017 dans son grand format édité chez Grasset. Aujourd’hui, c’est J’ai Lu qui sort la version poche dans une charte graphique que j’aime beaucoup à la couverture illustré par Brunel Johnson.

IMG_20190208_110212.png

Amédée est raciste. Il ne sait pas trop d’où ça vient, mais c’est quelque chose de profond en lui. Manque de bol, la société du roman est anti-raciste à l’extrême et lors d’une bousculade avec une femme, une Rougeaude comme il dit, c’est le drame pour Amédée. Quelques pages plus loin et un avocat qui se contrefout de son client, c’est la tôle. Est-ce que j’ai aimé ? Non. Pour être honnête, j’ai même abandonnée.

Où est donc le problème, me direz-vous ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce n’est pas le racisme qui m’a dérangeait, car je savais à quoi m’attendre. J’espérais un tant soi peu d’originalité, surtout venant d’une société aussi avant-garde sur le problème du racisme. Mais le problème ne vient pas de là. Il vient d’Amédée. Pardon, mais ce personnage est le cliché du Raciste. Il est forcément idiot, vie avec sa grand-mère (sa mémé) et est ouvrier. J’aurais aimé un peu plus de nuance dans ce personnage qu’une facilité aussi aberrante, d’autant plus que je trouve ça presque insultant envers une certaine classe sociale. De plus, Emmanuel Brault à écrit son roman à travers les yeux et l’esprit d’Amédée. Chouette idée, un peu dans la veine de Des fleurs pour Algernon, mais qui n’a rien de tendre et renforce plutôt cette sensation de cliché. Les incessants jeux d’esprit bourrés d’erreurs ont bien plus tendance à agacer que les fautes de grammaire d’Algernon.

J’ai voulu m’accrocher, mais à un moment, il faut arrêter d’être maso. C’est simple, au bout d’une soixantaine de pages, j’ai jeté l’éponge. Les Peaux Rouges n’a rien de tendre et loufoque, c’est plutôt un énorme cliché sans saveur.

Je n’aime pas être aussi cinglante, mais il fallait que ce soit dit. Certains ont vraiment appréciés et tant mieux pour eux. Ce ne fut pas mon cas. Pas du tout.


9782290162378

 

 

Edition J’ai Lu

187 pages

Acheter

 


Publicités

Une réflexion au sujet de « Les peaux rouges, Emmanuel Brault »

  1. je ne connaissais que le titre (forcément j’ai pensé aux Indiens d’Amérique…) mais je vois l’histoire et oui, ce genre de lire est très « casse-gu… » et si on s’y prend mal, l’histoire se retourne contre vous. Et je comprends tes a priori, les racistes, on en trouve aussi chez les intellectuels du coup, le propos est maladroit. Et puis comme le disait une victime d’antisémitisme ce matin, la xénophobie n’est pas une opinion, c’est un délit.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s