Catégories
Chronique Drame Thriller

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, Celeste Ng

résumé texte.jpg

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est un drame écrit par Celeste Ng est édité en version originale chez Penguin Book sous le titre everything I never told you en 2014. Traduit deux ans plus tard chez Sonatine, le roman est paru par la suite en poche chez pocket. Le roman noue et dénoue les liens familiaux à travers l’histoire de la famille Lee qui font face à la perte de leur fille aînée.

Autrefois, il parvenait à lire l’humeur de sa femme, même quand elle lui tournait le dos. A l’inclinaison de ses épaules, à sa façon de déporter son poids de son pied gauche à son pied droit, il savait ce qu’elle pensait. Mais ça fait longtemps qu’il ne l’a plus observée attentivement.

Autopsie du drame 

Lydia à seize ans quand elle est retrouvé noyée au fond du lac après plusieurs jours de disparition. L’annonce est brutale et la famille ne comprend pas. Suicide ? Mais Lydia semblait promise à un avenir radieux. Soutenue par ses parents, cette dernière allait embrasser une carrière scientifique, le rêve de sa mère. Qu’il y a t’il derrière la façade de cette famille unie ?

Une chose est sûre, Céleste NG avec ce premier roman va très vite entrer dans la catégorie des grands auteurs du drame familial. En quelques lignes, l’autrice arrive à installer le décor et l’ambiance. Secret, illusion puis masque qui tombe, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est une petite pépite littéraire que je croyais surcoter au départ tant les avis sont unanimes, principalement par la véracité de son histoire et son écriture intrusive. Le roman tient la route et est crédible ! Critique d’une société américaine des années 70 qui n’aimait pas la différence, cette dernière se venge et brise une famille à travers des illusions perdues et un bonheur instable. J’ai aimé cette mère de famille qui rêve de ne pas être le portrait de sa propre mère quitte à empoisonner l’existence de ces enfants en vivant à travers eux ou encore de ce père pour qui le racisme est un enfer quotidien.

Savoir réellement ce qui est arrivé à Lydia est un prétexte qui permet à l’autrice de dévoiler une autopsie précise presque chirurgicale de la famille. Le passé à une grande place dans ce roman, façon effet papillon puisque même les événements les plus minimes auront un impact sur le drame à venir. Le roman flirt également avec le thriller et fini par y prendre une grande place en douceur pour arriver à une fin réussie avec brio qui laisse son lecteur un peu sonné. C’est en refermant le roman qu’on se dit que whao, on avait vraiment quelque chose de dingue entre les mains.

Je compte bien suivre l’autrice de très près. Tout ce qu’on ne s’est jamais dit était un roman fou, analyse d’une société dépassé par le changement et d’une famille qui rêvait d’un idéal impossible à atteindre et qui n’aura vécu que le drame et la mort.


couv16717969

 

Edition Pocket (Sonatine)

337 pages

Acheter

 

5 réponses sur « Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, Celeste Ng »

J’ai lu La saison des feux (j’espère ne pas me tromper dans le titre) je l’ai trouvé pas mal, bien écrit et un bon travail sur les personnages, mais il me manquait quelque chose .. mais pas mal, du coup si je croise celui-ci un jour à la BM, je le prendrais !

J'aime

Oui ! J’ai lu deux romans (celui dont je parle aujourd’hui) à la suite et j’ai regretté car on compare trop

J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s