D’Innombrables soleils, Emmanuelle Pirotte | Rentrée littéraire 19

Uranie blog littéaraire rentrrée littéraire

D’Innombrables soleils

Voyage en terre anglaise aujourd’hui avec D’Innombrables soleils d’Emmanuelle Pirotte. La sortie est prévue pour aujourd’hui et est édité par Cherche-Midi. C’est le quatrième roman de l’autrice après « Loups et les Hommes » qui faisait partie de la rentrée de l’année dernière. Après le XVIIe Français et québécois, ce nouveau roman nous entraîne en Angleterre Elizabethain sur les traces de Christopher Marlowe, auteur et dramaturge disparu subitement un soir et qui a vécu une des histoires d’amours les plus sensorielles et puissantes.

Elles portent tout les pêchés du monde, naissent en esclavage et doivent lutter à chaque instant pour obtenir le moindre adoucissement de leur condition misérable.

Qu’est-ce que ça raconte ?

giphy.gif

1593, Angleterre.

Christopher Marlowe est un auteur pauvre, seul dans sa chambre d’auberge. Il a des ennemis à ne plus pouvoir en tenir une liste et se demande comment s’en sortir. Quand celui-ci échappe à la mort de justesse, il s’enfuit et se fait passer pour mort. Il espère ainsi avoir la tranquillité qu’il demande. Il atterrit chez Walter, un ami de longue date qui a épousé une femme superbe, mais délaissée, Jane. Chez Marlowe, c’est le coup de foudre. Faisant fi des convenances, il s’embarque dans un tourbillon de sentiment et de passion sans penser deux minutes à son ami.

D’Innombrables Soleils sera sûrement une lecture à laquelle je penserais avec douceur. Abordant des thèmes variés comme l’Adultère, l’homosexualité, la condition féminine ou encore la position d’homme de lettre sous le règne d’Elizabeth 1er, le roman fourmille. L’écriture se veut intimiste, pleine de poésie sans être vulgaire bien que de nombreuses scènes liés aux relations amoureuses soient présentes. J’ai beaucoup aimé Jane, une femme retranscrit avec justesse sur son époque. Délaissée par mari qu’elle a follement aimé aux premières années de son mariage, elle se laisse tomber dans les bras d’un autre à la recherche de sensation perdue. Elle s’écoute et écoute son propre corps en étant maîtresse d’elle-même.

Dans le roman, j’ai été assez surprise de trouver un triangle amoureux. Mais un triangle justifié et intelligent avec la présence de Walter, l’ami trompé qui voit ce qu’il se passe et est tiraillé entre plusieurs réactions. Il a pour ainsi dire le cul entre deux chaises. L’amour du XVIe n’est pas celui du XXe et Emmanuelle Pirotte a su le comprendre.

Je trouve très peu de défauts à cette histoire simple de prime abord, mais qui se révèle complexe. Jane, doit-elle partir pour vivre un amour puissant, mais que la religion interdit ? Walter, doit-il retenir sa femme, mais perdre un ami et laisser se faner Jane ? Et Marlowe, qui a tant de problèmes ?

 

On en garde quoi ?

 

Malgré une fin un peu longuette, D’innombrables Soleils est un roman superbe sur les relations humaines et passionnelles. L’autrice a réussi le tour de force à rendre intéressant une énième histoire d’amour en apportant de la douceur et une certaine forme de vérité par des thèmes variés. Adultère, religion, féminisme et libération du corps ne sont qu’un échantillon. Un roman à lire, emprunt de poésie, de brutalité dans l’amour et d’écoute.


61SSbSxc8AL

D’INNOMBRABLES SOLEILS d’Emmanuelle Pirotte

Sortie prévu le 22 août 19 chez Cherche-midi

240 pages


4 commentaires sur “D’Innombrables soleils, Emmanuelle Pirotte | Rentrée littéraire 19

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s