Challenge de l’imaginaire 2018, Chronique, Nouvelles, Prix littéraire, Science-Fiction

Le Volcryn, George R.R Martin (Prix Locus)

synop

Volcryn.jpg

Le Volcryn, George R.R Martin (Prix Locus)

 

Une race de sensitifs, originaire d’un mystérieux quelque part au cœur de la galaxie, qui fait route vers ses confins, peut-être même vers l’espace intergalactique, mais en se maintenant en permanence dans les profondeurs intersidérales, sans jamais faire halte sur une planète et ne s’approchant jamais à moins d’une année lumière.

Il parait que c’est le mois de l’imaginaire et c’est une bonne excuse pour sortir les petits bouquins qui attendent dans mon énoooorme pile à lire. L’occasion rêvée pour sortir Le Volcryn (et parce que la série arrive prochainement). Je pense qu’il n’est pas utile de présenter George R.R Martin, mais savez-vous qu’en plus d’avoir écrit une des saga les plus célèbres du monde de la littérature, il est aussi connu pour ses écrits de science-fiction ? Il a même reçu les prix les plus prestigieux. Locus, Nebula et j’en passe.

Le Volcryn ou Nightflyers au choix, est l’exemple même du bouquin que tu peux adapter pour l’écran. Ce qui m’a attiré au début, c’est ce côté angoissant et huis clos du vaisseau où tu sens dès le début qu’il y a un truc pas net. Tu en sais aussi peu que l’équipage en partance pour découvrir les Volcryn, race extraterrestre mythologique et c’est ce que j’aime. On frémit, on échafaude des théories parfois fumeuses au fur et à mesure de sa lecture et des nouvelles notions découverte par l’équipage. Très vite, le lecteur se créait son propre vaisseau car George R.R Martin donne très peu de description et permet une imagination totale. Le tout est fluide et on prend plaisir à tourner les pages afin de découvrir les aboutissants.

 Je reste pour autant partagé sur la longueur de la nouvelle. Je ne sais pas si j’aurais aimé quelque chose de plus consistant au risque de se perdre, que quelque chose de court et net. Dans l’immédiat, le format fonctionne, mais au regard de la fin, un peu rapide, j’aurais peut-être aimé un développement ou en tout cas une suite.  Il n’en reste que le livre tient ses promesses et promet une adaptation en série. Encore qu’il faut espérer que les scénaristes ne dénature pas le livre et garde ce côté très psychologique que j’ai aimé.

Conclusion, une nouvelle horrifique façon « vaisseau perdu dans l’hyper espace » très immersif, qui souffre peut-être un tantinet d’un manque de réponse sur la fin. Même si en soi, le Volcryn ne révolutionne pas le genre et reste assez classique dans son déroulé, j’ai quand même passé un bon moment de lecture.

Je vous laisse la bande annonce de l’adaptation de Netflix qui sortira le 3 décembre.

couv67070504

Edition ActuSf

173 pages

Acheter

Ebook / Poche


cli6c-poumonvert_ianrmacleod

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s